De Palma rencontre Ellroy
Par Julien Hairault, le 29 septembre 2006 2006 - automne - 23:26
En adaptant le roman phare et éponyme de James Ellroy, qui retrace l’enquête de deux flics sur le meurtre d’une starlette à Hollywood, Brian De Palma risque une nouvelle fois de diviser la critique et les cinéphiles.

Moins réussit que Femme Fatale, The Black Dahlia s’attache avant tout à retranscrire à l’écran l’ambiance étouffante de cette enquête qui nous plonge en même temps dans le système de production cinématographique du Hollywood des années 40. Le scénario à tiroirs permet comme toujours chez De Palma la multiplication des discours : relecture du genre "noir" et de ses principaux codes (la femme fatale, sublimement incarnée ici par Hilary Swank), métatexte Hitchcockien formé autour de la thématique du double et du soupçon, sans oublier l’emballement esthétique provoqué par certains pics scénaristiques et qui forment les moments forts du récit.

JPG - 50 ko

The Black Dahlia possède aussi des défauts auxquels De Palma nous avait rarement habitués. Trop soucieux peut-être de coller au roman d’Ellroy, et de ne pas se lancer dans le débat toujours ouvert aujourd’hui de la vraie résolution de ce fait divers, le cinéaste oublie par moment ce qui fait le charme de son art, à savoir créer un sous-texte permanent ouvrant son oeuvre à l’analyse. On en attend certes beaucoup de De Palma aujourd’hui, surtout après une décennie que beaucoup jugent médiocre (les pourtant très bons Snake Eyes, Mission to Mars et Femme Fatale), mais au fond il est normal d’être légérement déçu par ce Black Dahlia qui trop souvent semble se contenter de n’être qu’un film noir. Un film noir remarquablement éclairé et mis en scène, au scénario confus et expéditif sur la fin (le finale étant très décevant), qui souffre aussi de ne pas être incarné par un casting exceptionnel, les jeunes et jolis Josh Hartnett et Scarlett Johansson manquant de charisme pour faire vivre cette riche histoire où les sentiments humains sont loins d’être négligeables.

The Black Dahlia (Le Dalhia Noir) sort en France le 8 Novembre prochain.

- Pour voir la bande-annonce de The Black Dahlia

Images : © Metropolitan FilmExport






A l’occasion de la sortie du dernier film de Jacques Audiard, Un prophète, Fin de Séance vous propose un top 5 consacré aux films de prison.

  1. Down By Law de Jim Jarmush
  2. La Grande illusion de Jean Renoir
  3. Hunger de Steve McQueen
  4. La Grande évasion de John Sturges
  5. L’Évadé d’Alcatraz de Don Siegel

Sans oublier Midnight Express et La Vie de David Gale de Alan Parker, Le Reptile de Joseph L. Mankiewicz, Cube de Vincenzo Natali, et Au nom du père de Jim Sheridan.



Pour profiter des rétrospectives d’auteurs et des reprises des joyaux du patrimoine cinématographique mondial, retrouvez les programmes cinéphiles :

- Séances, la cinéphilie à Paris
- Cinémas indépendants acceptant la carte Le Pass
- L’Institut Lumière à Lyon
- La Cinémathèque de Toulouse
- Le Ciné-Club de Caen

Ces liens vous sont proposés par Fin de Séance, site d’analyse critique des films d’aujourd’hui, n’hésitez pas à nous contacter pour nous transmettre des liens équivalents pour d’autres villes.

Retrouvez également Vodkaster - Le blog de la cinéphilie 2.0



Réagissez aux articles, suivez l’actualité et débattez avec les rédacteurs de Fin de Séance en rejoignant le groupe Facebook de Fin de Séance.

Add to Technorati Favorites

S’abonner à Fin de Séance